×
Publié le
14 avr. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Une "partie" de la dette de certaines entreprises pourrait être annulée, dit Le Maire

Publié le
14 avr. 2021

Une partie de la dette de certaines entreprises confrontées aux retombées économiques de la crise sanitaire pourrait être annulée "au cas par cas", a déclaré mercredi le ministre des Finances Bruno Le Maire sur BFM TV.


Bruno Le Maire. - Reuters


Face à une montée en puissance du nombre de défaillance identifiée à la fin mars, le ministre s'est exprimé sur ce sujet de la dette des entreprises. "Je ferai le maximum pour éviter les faillites dans notre pays", a-t-il dit. "On ne va pas attendre que l'entreprise se prenne le mur. On va regarder sa situation (...) voir s'il faut étaler sa dette, voire annuler sa dette en partie", a-t-il ajouté.

"Je proposerai d'ici quelques semaines un dispositif de concertation et de conciliation qui doit permettre pour toutes les entreprises qui sont en train d'arriver face à ce mur de la dette de leur proposer une solution sur mesure." Bruno Le Maire a évoqué plusieurs pistes, celle de l'allongement de la maturité de la dette, l'annulation d'une partie de la dette "au cas par cas".

Sur le maintien des aides aux entreprises, chiffré à 11 milliards d'euros pour le mois en cours, le ministre a affirmé que ces dispositifs seraient maintenus jusqu'à la fin de la pandémie. "C'est bien de faire preuve de constance en matière de politique publique. Tant qu'il y a des restrictions sanitaires, il y a un soutien public qui est apporté aux commerçants, aux artisans, aux indépendants, aux TPE-PME, aux grandes entreprises également qui souffrent des conséquences de ces restrictions. Nous travaillons sur une dégressivité des aides et pas sur un retrait brutal, (...) car il y aura des jauges, des contraintes et le temps que les clients reviennent".

Quant au calendrier de réouverture des commerces, restaurants et autres lieux d'accueil du public, le ministre, qui participe ce jeudi à une réunion avec le président de la République sur ce sujet, a expliqué qu' "il ne donne pas de calendrier. Le 15 mai fait partie des hypothèses, mais nous suivons l'évolution du virus et de la manière dont nous arrivons à limiter sa circulation. C'est sur cette base là que les décisions sont prises".

Bruno Le Maire toutefois voulu donner un horizon plus optimiste, réaffirmant tabler sur une croissance de plus de 5% de l'économie française. " Je suis convaincu que la chiffre aura une croissance élevée cette année, et qu'elle saura rebondir fort après cette crise économique. Je mesure l'inquiétude et l'angoisse des Français qui se disent que le chômage et les faillites vont arriver... Nous vous protégeons! Et nous allons relancer notre économie".

Avec Reuters

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com

Tags :
Autres
Business