×
161
Fashion Jobs
MAISONS DU MONDE
Visuel Principal - Mons (H/F)
CDI · MONS
CALZEDONIA
District Manager Belgique - Calzedonia Group
CDI · BRUXELLES
CONFIDENTIEL
E-Commerce & Digital Media
CDI · NIVELLES
L'OREAL GROUP
Key Account Manager
CDI · Brussels
FASHION & LUXURY SELECTION
Operational Product Manager
CDI · BRUXELLES
CONFIDENTIEL
Marketing Manager on et Off Line
CDI · WATERLOO
SB RECRUITMENT & SERVICES
Gérant(e) - Retail - Textile & Non Alimentaire - Jodoigne
CDI · JODOIGNE
ETREAC AGENCY
Planning Officer
CDI · NAMUR
SB RECRUITMENT & SERVICES
Responsable Showroom / Assistant(e) Commerciale – Fashion Wholesale - Benelux (Bruxelles)
CDI · BRUXELLES
PROJECT DISTRIBUTION
Responsable E-Commerce /Digital Marketing
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Gérant(e) - Retail - Textile & Non Alimentaire - Erquelinnes
CDI · ERQUELINNES
COURIR
New Market HR Officer - Paris - CDI - f/h
CDI · PARIS
SANDRO
Human Resources Coordinator (Netherlands & Belgium) M/W H/F
CDI · BELGIUM AND NETHERLANDS
KIPLING
Manager, PR &Amp; Social - Kipling
CDI · ANVERS
FASHION & LUXURY SELECTION
District Manager - Belgique
CDI · BRUXELLES
FASHION & LUXURY SELECTION
Operational Product Manager
CDI · BRUXELLES
KIPLING
Digital Strategic Account Specialist Kipling Emea - Temporary Contract 6 Months
CDI · ANVERS
SB RECRUITMENT & SERVICES
Responsable Administratif & Financier – Retail Ameublement – Bruxelles
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Category Manager/Acheteur – Retail – Charleroi
CDI · CHARLEROI
CLIO GOLDBRENNER
Internship Customer Service & Sales Administration
Stage · BRUXELLES
INTIMISSIMI
Shop Assistant Intimissimi Bruxelles
CDI · BRUXELLES
DODI
Merchandiser Itinerant
CDI · ANDERLECHT
Publicités

Haute Couture : les cow-girls de Port-Royal, par Rodarte

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 2 juil. 2017
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Finies les poussiéreuses collections de Haute Couture. Cette saison, une brise nouvelle souffle sur ce vénérable empire, grâce notamment à Rodarte, maison américaine basée à Los Angeles, qui a présenté un défilé exaltant, imaginé autour d'une vision de cow-girl couture. 

Les mannequins ont fini leur parcours autour du cloître en se réunissant dans le jardin - Triana Alonso


Ce dimanche a vu l'arrivée de quatre nouveaux venus sur le calendrier officiel de la Haute Couture; le dernier, et non le moindre, était Rodarte, qui a pris possession du cloître de l'abbaye de Port-Royal, transformant l'ambiance austère du lieu en un moment élégiaque, plein d'une grâce rythmée.

La Haute Couture est (trop) souvent l'occasion pour les couturiers du Vieux Continent de réadapter les canons classiques de la mode. En ce qui la concerne, Rodarte a saisi l'opportunité pour révolutionner cette formule - avec une démonstration brillante de coupes créatives et d'assemblages culturels. Généralement considérée comme la seule grande maison de mode californienne, Rodarte joue avec ses codes préférés, romantisme sauce western, night-clubbing dissolu, doux naturalisme pictural, en y ajoutant une pincée de ce raffinement spécifique demandé, voire même exigé, par la Haute Couture parisienne.

Des santiags à hauts talons servaient de socles à des robes longues en mousseline transparente, dans un moment mi-séduisant mi-coquin orchestré par les deux soeurs à la tête de Rodarte, Kate et Laura Mulleavy. Pendant que résonnait After the Goldrush, hymne folk du groupe britannique Prelude, les mannequins ont fini leur parcours autour du cloître en se réunissant dans le jardin, enrichi par de nombreuses plantes et fleurs d'été, assemblées par le célèbre fleuriste Debaulieu. Chaque silhouette verdoyait de fleurs fraîches, tissées autour des bras, des hanches, des épaules, et même parfois tout autour de la tête.

Le mariage heureux entre le style western et la couture était souligné par une remarquable robe flamenco blanche, dont l'encolure était composée de larges pétales juxtaposés en cuir souple. Suivaient des robes d'institutrice sexy en mousseline transparente, décalées par de jolis noeuds métalliques, et une robe superbe en imprimé oiseau de paradis, dont le mannequin portait des fleurs assorties, ou encore une combinaison en lâche maille de laine mohair noire.

« Nous voulions absolument respecter la tradition et tous les grands couturiers qui ont marqué cette partie de l'histoire de la mode... mais aussi proposer notre vision », expliquait Kate Mulleavy dans les jardins du cloître après le défilé.

Le cadre était parfait : une abbaye royale, longtemps associée au jansénisme, doctrine théologique obsédée par la perversité humaine et le besoin d'une grâce divine. Un refuge pour Mlle de Fontanges, ancienne favorite délaissée par Louis XIV, qui mourut là âgée d'à peine 20 ans. Et pourtant, ce défilé ressemblait à un renouveau de la Haute Couture. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com