×
160
Fashion Jobs
CALZEDONIA
District Manager Belgique - Calzedonia Group
CDI · BRUXELLES
PURE
Junior PR Account Manager
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
District Manager – Electro - Belgique
CDI · BRUXELLES
SB RECRUITMENT & SERVICES
Key Account Manager Benelux – Wholesale - Fashion - Premium Luxe
CDI · ANVERS
L’ORÉAL GROUP
Key Account Manager - Luxe Division- Start Asap
CDI · Brussels
KIPLING
Digital Strategic Account Specialist Kipling Emea - Temporary Contract 6 Months
CDI · ANVERS
EASTPAK
Digital Strategic Account Specialist - Eastpak
CDI · ANVERS
SB RECRUITMENT & SERVICES
Marketing Manager – Fashion Retail – Bruxelles
CDI · BRUXELLES
PURE DIFFUSION BVBA
Account Manager
CDI · ANTWERPEN
SB RECRUITMENT & SERVICES
Junior Stock Allocator – Fashion Retail - Wauthier-Braine
CDI · WAUTHIER-BRAINE
SB RECRUITMENT & SERVICES
Retail Manager Benelux – Retail Fashion - Bruxelles
CDI · BRUXELLES
V. F. CORPORATION
Senior Treasury Analyst
CDI · BORNEM
PROJECT DISTRIBUTION
Junior Sales Representative
CDI · BRUXELLES
SANDRO
Human Resources Coordinator (Netherlands & Belgium) M/W H/F
CDI · BELGIUM AND NETHERLANDS
L’ORÉAL GROUP
Demand Planner Fmcg
CDI · Brussels
MAISONS DU MONDE
Adjoint Hors Meuble - Arlon H/F
CDI · ARLON
MAISONS DU MONDE
Vendeur Principal - Marche-eN-Famenne (H/F)
CDI · MARCHE-EN-FAMENNE
FASHION & LUXURY SELECTION
Sales Assistant fr/Angl - nl
CDI · BRUXELLES
HOLLISTER CO
Assistant Manager (Manager in Training) - Hollister Waasland - Full Time
CDI · SAINT-NICOLAS
ABERCOMBIE & FITCH
Manager Débutant - a&f Bruxelles - CDI - 35h
CDI · BRUXELLES
VALÉRIE BERCKMANS SPRL
Assistant(e) Styliste
Stage · BRUXELLES
GIORGIO ARMANI
Sales Assistent - Verkoop(Ster)
Stage · BRUXELLES
Publicités

Lacoste : l'ex-président Michel Lacoste déchu attaque sa fille en justice

Par
AFP
Publié le
today 23 oct. 2012
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

PARIS, 23 oct 2012 (AFP) - L'ex-président déchu du groupe Lacoste SA, Michel Lacoste a attaqué en justice sa fille Sophie Lacoste-Dournel pour demander l'annulation de sa nomination à la tête de la marque au crocodile, a indiqué mardi à l'AFP une porte-parole confirmant des informations de presse.

Michel Lacoste - Photo : Afp

Interrogée, la porte-parole de Michel Lacoste a "confirmé" que les avocats de ce dernier avaient "lancé vendredi une assignation au tribunal de commerce de Paris pour obtenir la nullité de la nomination d'un nouvel administrateur indépendant, demandant en conséquence de considérer comme nulles toutes les décisions du conseil d'administration, dont la nomination de la présidente".

Dans Le Monde daté de mercredi, Michel Lacoste dénonçait une "prise de contrôle irrégulière" par sa fille, expliquant ainsi sa décision de demander une assignation au tribunal de commerce de Paris.

Sophie Lacoste-Dournel, 36 ans, a été élue le 24 septembre à la présidence non exécutive de Lacoste SA par le conseil d'admnistration renouvelé par les actionnaires. Elle était administrateur de Lacoste depuis 2005.

Selon son père, cette nomination s'est faite "en violation du pacte d'actionnaires, avec la complicité active du groupe Devanlay" (filiale du groupe suisse Maus), expliquait également Le Figaro mardi.

Michel Lacoste, 69 ans, n'avait jamais caché son intention de contester devant la justice cette nomination qui avait surpris nombre d'observateurs. Selon ces derniers, l'ancien président de la marque soutenait plutôt pour sa succession sa nièce, Beryl Lacoste-Hamilton, 56 ans, qui avait déjà dirigé plusieurs licences du groupe.

Ce nouveau rebond vient alimenter une guerre de succession difficile pour un groupe fondée en 1933 par le champion de tennis René Lacoste et qui a réalisé en 2011 un chiffre d'affaires de 1,6 milliard d'euros.

Selon des informations de presse récentes, une partie de la famille Lacoste, dont le clan réuni autour de Michel, serait prête à vendre ses parts dans l'entreprise au groupe suisse Maus qui détient déjà 35% du capital via sa filiale Devanlay.

"Des négociations auraient débuté il y a plus d'une semaine entre Devanlay qui détient la licence des fameux polos, et le clan de Michel Lacoste", indiquaient Les Echos sur leur site internet le 20 octobre, sans citer leurs sources.

Sophie Lacoste-Dournel est montée au créneau mardi pour défendre sa position, expliquant dans un entretien au Figaro, vouloir assurer "la pérennité de la marque et du contrôle familial de l'entreprise", quitte à racheter les parts de son père.

"Nous sommes organisés pour pouvoir le cas échéant, racheter la part de Michel. Nous avons les moyens de le faire", assure-t-elle.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.